Grandir avec deux éducations différentes : entre nationalité et origines


A toi, jeune femme de nationalité française, originaire d'ailleurs.

Tu es née en France ou tu y as grandi ou évolué pendant un bon nombre d'années.




Tes parents sont originaires d'Afrique, d'Asie, du Moyen-Orient, des Antilles ou d'autres horizons…

Tu as reçu une éducation à la maison par tes parents qui t'ont inculqués leur façon de voir les choses et ce qu'on leur a enseigné. Tu as donc cette première vision.


Mais tu es aussi éduquée par l'éducation nationale du pays dans lequel tu as grandi. A l'école, au collège, au lycée… Tu évolues, tu vois des choses différentes de ce que tes parents t'ont appris. Tu apprends d'autres règles à respecter. Tu vois de nouvelles manières de penser, tes expériences et les personnes que tu rencontres sont différentes de celles de tes parents, et ceci t'ouvre le champ des visions.



En grandissant, tu te vois donc confrontée à deux éducations, deux mentalités différentes.


Je suis aussi passée par là. Née en France, donc de nationalité française, mes parents sont originaires du Sénégal.


Nos parents nous donnent de très bonnes bases de vie. Cependant, le pays dans lequel nous vivons va inconsciemment affecter notre vision de la vie et cela peut différer des enseignements de nos parents.


Là, c'est l'incompréhension. Ils se sentent heurtés. Mais, nous aussi quelque part.

On se dit qu'ils ne peuvent pas tout comprendre. Ils n'ont jamais grandi comme nous, le brassage culturel et les expériences que nous vivons ne seront jamais les leurs et vice versa.


Les femmes ayant grandies avec une double éducation :


  1. Ont un droit à la parole envers les aînés bien plus important que du temps de nos mamans (qui peuvent être encore réticentes face à l'éducation qu'elles ont reçues). Ceci permettant une meilleure autonomie.

  2. Les jeunes femmes de nos jours entremêlent leur culture et origine par l'union de l'amour. Le métissage culturel s'impose plus.

  3. Aujourd'hui, nous nous attardons moins sur le regard de la famille pour accomplir certaines choses dans nos vies. Là où à l'époque de nos parents (jusqu'aujourd'hui d'ailleurs), le regard des autres, du "qu'en dira-t-on", est omniprésent. Selon eux, nous devons agir selon le bien de la famille.

  4. Avec notre génération, s'est développée la liberté des actes permettant à chacun de s'exprimer un peu plus qu'au temps de nos aînés (avec des limites à respecter tout de même dans le respect). L'éducation de nos grands-parents sur nos propres parents prônaient le respect à outrance, sans possibilité de négociation ou d'expérimentation.

  5. Ont une ouverture d'esprit incroyable basée sur la culture et les mœurs de nos parents et ceux du pays de résidence.


Pour ma part, j'ai évolué en France depuis ma naissance. J'ai connu toutes sortes d'origines en amitié (Mali, Turquie, Algérie, Maroc, Vietnam, Thaïlande, Inde, Congo, Pologne, Portugal, Sénégal, Haïti et j'en passe) et me suis rendue compte qu'au final, nos parents se retrouvent, pour la majorité, confrontés aux mêmes exigences (le regard de la famille entre autres) et aux mêmes peurs (peur de l'inconnu par exemple).


Ce que je peux te conseiller en tant que jeune femme de nationalité et origine différentes, c'est d'embrasser ces deux cultures et d'en faire ta force. Prendre ce qui est positif dans les deux et rejeter ce qui ne nourrit pas ton cœur et ton éducation.



Nous sommes fortes car riche en éducation, en expériences, en exemple à suivre, riche en mœurs et culture, en ouverture d'esprit. Notre vision de la vie est moins tranchante et strict, et avons un œil avisé sur ce qui est bon à améliorer des deux côtés. Nous avons une adaptabilité aux lieux, aux modes de vie, à la gastronomie et une facilité dans les langues.


Et toi, quel a été ton ressenti grandissant entre deux éducations différentes et quels conseils donnerais-tu basés sur ton expérience ?


A très vite !